Harcèlement sexuel

Lutte contre le harcèlement sexuel dans le milieu de la nuit : la Région, la COCOF et la VGC débloquent un budget extraordinaire de 610.00€ 

Suite aux faits de violences sexuelles dénoncés dans le cadre du mouvement #balancetonbar, le gouvernement bruxellois a immédiatement engagé une concertation avec les membres du Conseil Bruxellois de la Nuit[1] le 20 octobre dernier. Lors de cette réunion, la situation spécifique dans le quartier du cimetière d’Ixelles mais aussi le problème général du harcèlement et des violences sexuelles dans la vie nocturne ont été soulevés afin de mettre en place des solutions concrètes et soutenues. Les membres du Conseil de la nuit ont proposé un plan d’action au gouvernement dans la foulée de cette réunion.

« La volonté de l’ensemble des acteurs de la nuit est unanime : travailler sur la nuit du XXIe siècle qui se doit d’être plus inclusive, sûre et bienveillante. Elle doit permettre à tous.tes d’évoluer dans des lieux festifs permettant à chacun·e d’être ce qu’il·elle est, sans être exposé·e à des risques de harcèlement, de racisme, de violence, de consommation de produits non désirés… Chaque opérateur·trice ou participant·e doit devenir acteur·trice de cette nuit plus sûre et adhérer à l’ensemble des valeurs de respect pour que la fête en soit d’autant plus belle et désirée par tous·tes » affirme le Conseil Bruxellois de la Nuit dans sa proposition adressée au gouvernement.

 

C’est sur cette base que le ministre-président Rudi Vervoort et la secrétaire d’Etat Nawal Ben Hamou pour le gouvernement bruxellois,  la ministre-présidente de la COCOF Barbara Trachte et les membres du Collège de la VGC Elke Van den Brandt et Pascal Smet se sont accordés pour débloquer un budget extraordinaire de 610.000 € pour la mise en place d’un plan d’action qui allie les leviers régionaux et communautaires bruxellois.

Pour le ministre-président Rudi Vervoort, « La sécurité de nos citoyennes et citoyens est une priorité et nous concerne toutes et tous. C’est pourquoi, ces mesures, déclinées autour de 4 axes – formation, sensibilisation, prévention et soutien aux victimes – seront élaborées en étroite concertation avec le Conseil Bruxellois de la Nuit, les administrations communautaires et régionales compétentes ainsi que le secteur associatif qui travaille au quotidien sur cette problématique spécifique. »

 

  1. Rendre les établissements de nuit plus sûrs

 

La COCOF et la VGC développeront une formation en ligne disponible gratuitement en français, néerlandais et anglais afin que les établissements puissent faire former leur personnel en termes de sensibilisation, de prévention et d’intervention ou de mise en sécurité.

 

« Il devrait être évident que tout le monde doit pouvoir se sentir en sécurité en sortant en soirée, que personne ne doive se sentir visé en raison de son orientation sexuelle, de sa couleur de peau, de son statut ou de son genre. Dans les faits, nous constatons que ce n’est pas toujours le cas et qu’il reste pas mal de travail pour réaliser un énorme changement de mentalité. La COCOF et la VGC collaborent donc à un plan de grande échelle et adapté pour la formation de tous les collaborateurs du monde de la nuit, pour leur apprendre à collaborer au mieux pour la sécurité des femmes. C’est une action concrète pour veiller à ce que nous puissions continuer à nous rencontrer en toute sécurité », précisent la ministre-présidente de la COCOF Barbara Trachte et les membres du Collège de la VGC Elke Van den Brandt et Pascal Smet.

 

Un budget de 100.000 (50.000 € COCOF – 50.000 VGC) est prévu pour ce module de formation. Le cahier des charges se fera en collaboration avec le Conseil Bruxellois de la Nuit et les expert·es en violence de genre et réduction des risques.

 

Parallèlement, les membres du gouvernement bruxellois, des collèges communautaires et du conseil de la nuit s’engagent à se revoir rapidement afin de discuter de la possibilité de prévoir des moyens budgétaires au profit du conseil de la nuit en vue de faire adhérer le plus d’acteur.trices du secteur à la Charte de la nuit existante et réfléchir à l’amélioration de celle-ci.

 

  1. Informer les acteur.trices et le public de la nuit sur les services d’urgence et d’aide aux victimes

 

equal.brussels développera un support A4 autocollant en 3 langues reprenant les informations sur les services d’aide disponibles (CPVS, centres d’écoute et de soutien, numéros d’urgence) ainsi que les actions à entreprendre pour les personnes confrontées aux situations de harcèlement sexuel ou des violences sexuelles, notamment la règle des “5D” (distraire – déléguer – documenter – diriger – dialoguer), pour aider une victime et intervenir en toute sécurité.

 

« Les services qui prennent en charge actuellement des victimes sont parfois méconnus et manquent encore trop souvent de visibilité. L’objectif est de diffuser et afficher ce document à large échelle dans les lieux de nuit mais aussi des lieux fréquentés par les publics confrontés à la problématique du harcèlement dans le monde de la nuit », précise la secrétaire d’Etat à l’égalité des chances Nawal Ben Hamou.

 

Un budget de 10.000 € est prévu à cette fin. equal.brussels travaillera de concert avec le conseil de la Nuit et le secteur associatif féministe pour la conception, la production et la mise en place du support dans le secteur.

 

  1. Renforcer le soutien financier au secteur associatif de prévention et de soutien

 

En 2022, equal.brussels lancera un appel à projets d’un montant de 200.000 € afin de renforcer les projets existants et accélérer la mise en place de nouveaux projets. Les projets communs portés par plusieurs operateurs seront privilégiés.

 

Pour la secrétaire d’état à l’égalité des chances Nawal Ben Hamou, « si le travail est déjà amorcé à l’initiative des pouvoirs publics et du secteur associatif (CPVS,www.violencessexuelles.be, cellules EVA, Modus Vivendi, Plan Sacha, #Safestival, Listen #United Against Harassment, le label Quality Night et le réseau  Safe ta night, SOS VIOL asbl , brochure ‘Petit guide illustré du respect dans la rue ou ailleurs’), il est indispensable d’aller encore plus loin et plus vite. »

 

  1. Sensibiliser le public aux problématiques du harcèlement

 

Une campagne de sensibilisation grand public sur le harcèlement sera menée conjointement par equal.brussels (200.000 €) et Bruxelles Prévention et Sécurité (100.000 €) au deuxième semestre 2022.

 

« Au-delà du secteur de la nuit, la problématique du harcèlement est récurrente à Bruxelles, qu’il soit perpétré dans l’espace public, dans le milieu professionnel ou sur les réseaux sociaux. Une sensibilisation plus générale de la population bruxelloise est dès lors indispensable » précisent encore Rudi Vervoort et Nawal Ben Hamou.

 

L’objectif commun poursuivi par le gouvernement bruxellois, les collèges communautaires et le Conseil Bruxellois de la Nuit est de modifier en profondeur les comportements et les mentalités pour que les femmes puissent se sentir en sécurité partout à Bruxelles. 

 

[1] Étaient présents ou représentés : les cabinets Ben Hamou, Trachte, Vervoort, la commune d’Ixelles, Bruxelles Prévention & Sécurité, equal.brussels, visit.brussels, la zone de police PolBru, le service Tranquillité Publique de la Ville de Bruxelles, la Fédération Horeca Bruxelles,  24H Bruxelles, hub.brussels, la BBNF (Brussels By Night Federation)