Jenny, étudiante pas comme les autres

Étudiante au statut PEPS à l’UCL, elle témoigne de l’accessibilité des transports en commun belges et de sa ville universitaire, Louvain-la-Neuve.

Jenny débutera en septembre son Master en Histoire après plusieurs années de bachelier. Son parcours est atypique. En effet, il a tout d’abord fallu trouver un logement adapté pour qu’elle puisse vivre dans la ville piétonne et étudiante qu’est Louvain-la-Neuve. Chaque année, ses horaires ont également dû être adaptés pour que ses auditoires soient accessibles. 

Récemment, la jeune femme s’est exprimée sur le réseau social Facebook via la page Louvain-la-Meuf, qui se veut être un lieu de partage sûr entre femmes, pour demander de l’accompagnement pour se rendre en bibliothèque et en auditoire le quadri prochain. Dix-sept jeunes femmes ont répondu à l’appel et se relayeront pour aider Jenny lors de son Master. En effet, une simple porte non-automatisée empêche Jenny de pénétrer dans l’établissement.

Louvain-la-Neuve, ville piétonne, regorge de bonnes initiatives. Nombreux aménagements ont déjà été mis en place. Cependant, le chemin vers l’accessibilité reste encore long. Il est nécessaire de discuter avec ces étudiant·e·s à besoins spécifiques pour connaître leurs besoins et faire évoluer la ville dans la bonne direction. Plus de portes automatisées seraient un levier simple pour offrir à ces étudiant·e·s.une indépendance plus grande.

En ce qui concerne les transports en commun, ils se révèlent être un véritable parcours du combattant. Il lui faut contacter la SNCB ou la TEC 48h à l’avance, prévoir son heure de départ et de retour, pour pouvoir bénéficier de l’aide d’un·e accompagnateur·trice lors d’une escapade ou tout simplement de son retour au domicile familial. Cette option ne lui offre, par conséquent, aucune flexibilité et ne laisse pas place à la spontanéité. De plus, le quai de la gare à proximité de chez elle n’est tout bonnement pas accessible. Elle choisit, par conséquent et par dépit, le taxi qui se révèle être une alternative flexible, sûre mais extrêmement coûteuse. 

Au quotidien, Jenny parle de ces différents obstacles dans le but que son témoignage fasse évoluer les choses. Nous lui souhaitons d’observer de nombreuses améliorations dès la fin de son parcours universitaire.