La Fondation Valentin Haüy lutte contre le faible taux d'emploi des français avec un handicap visuel

Il y aurait environ 1,7 million de français concernés par un handicap visuel dont plus de 200.000 malvoyants profonds ou aveugles et 50% d’entre eux n’auraient pas d’emploi.

Toutefois les données quant au nombre de personnes atteintes d’un handicap visuel en France ne sont pas fixes et la Reconnaissance qualité de travailleur handicapé (RQTH) ne spécifie pas le degré du handicap (aveugle, malvoyant profond etc).

Face à ce manque d’information, la fondation Valentin Haüy a mené une étude sous le nom de Handicap visuel, usages et besoins numériques afin de repérer les différents axes qui seraient susceptible d’augmenter l’employabilité. La fondation en a déniché 5 :

  • Les outils numériques : les nouvelles technologies telles que la vocalisation et la transcription permettent une meilleure intégration à l’entreprise. Mais il est parfois difficile de donner accès à un programme interne uniquement à une personne et bien souvent il est nécessaire de former son utilisateur afin d’être capable de l’utiliser correctement.
  • Les aménagements et solutions de compensations sont insuffisants : Les missions inclusives des entreprises ne sont pas uniquement axées sur le handicap visuel or il existe plusieurs degrés de déficience visuelle, ce qui nécessiterait une solution sur-mesure.
  • Campagne de sensibilisation interne: la Fondation préconise que des actions de sensibilisation aient lieu sur le lieu de travail afin de lutter contre les préjugés sur le handicap visuel et suggère de former les autres collaborateurs aux spécificités d’un tel handicap.
  • L’alternance : Ce serait le moyen idéal pour pouvoir s’intégrer progressivement à une entreprise tout en évitant la pression qu’une embauche habituelle pourrait causer.
  • Evolution de carrière compliquée : D’après l’enquête, lorsqu’un collaborateur perd la vue son évolution au sein de l’entreprise est mise à mal puisque peu de reconversions internes aboutissent sur un succès de par l'insuffisance d’opportunités sur le marché de l’emploi ou de par l’autocensure de ces personnes à besoins spécifiques.
Pour aller plus loin, la fondation Valentin Haüy