Les plans du gouvernement pour sortir les personnes handicapées des institutions ne vont pas assez l

Le gouvernement a publié son plan d'action, promis de longue date, visant à réduire le nombre de personnes souffrant de troubles de l'apprentissage et de personnes autistes vivant en milieu hospitalier.

Il s'agit de tenir la promesse que d'ici mars 2024, le nombre de personnes vivant dans ces établissements sera réduit de moitié par rapport à mars 2015.

À la fin du mois de mai, quelque 2 010 personnes vivaient dans des établissements spécialisés en milieu hospitalier, soit une réduction de 30 %, mais une augmentation de 20 % du nombre de personnes autistes.

Le plan d'action prévoit que les personnes ayant un trouble de l'apprentissage et les autistes recevront des soins de proximité de meilleure qualité et plus ciblés dès la naissance, ainsi qu'un soutien préventif accru au sein de la communauté.

Il s'engage à accélérer les sorties des personnes ayant un trouble de l'apprentissage et des personnes autistes, grâce à un financement supplémentaire ciblé de plus de 90 millions de livres.

Le financement comprendra

40 millions de livres sterling pour continuer à améliorer la capacité et le potentiel du soutien en cas de crise pour les autistes et les personnes ayant un trouble de l'apprentissage.
30 millions de livres pour continuer à mettre en place des travailleurs clés pour les enfants et les jeunes ayant les besoins les plus complexes.
Une subvention de 21 millions de livres sterling pour les autorités locales afin de soutenir les sorties en milieu communautaire.
Le responsable politique de DR UK, Fazilet Hadi, a déclaré : "Les progrès dans le transfert des personnes handicapées des institutions de long séjour vers les services communautaires sont beaucoup trop lents. Les droits de l'homme de ces personnes sont bafoués et elles ont droit à une action beaucoup plus urgente et ciblée. Chaque personne handicapée devrait bénéficier d'un plan de sortie entièrement financé et les autorités locales devraient recevoir des fonds réservés à la transition vers une vie assistée dans la communauté.

Le plan d'action confirme que les réformes de la loi sur la santé mentale empêcheront les personnes ayant des difficultés d'apprentissage et les autistes sans problèmes de santé mentale d'être couverts par cette loi.

Gillian Keegan, ministre des soins et de la santé mentale, a déclaré : "Pendant trop longtemps, les autistes et les personnes ayant un trouble de l'apprentissage sont restés hospitalisés dans des unités de santé mentale, pas nécessairement parce que c'était le meilleur endroit, mais à cause des défaillances du système et du manque de structures communautaires pour les soutenir.

"Je m'engage à réaliser des progrès plus importants et plus rapides afin de garantir que les personnes souffrant d'un handicap mental et les autistes, quel que soit leur âge, bénéficient d'un soutien de qualité en matière de soins de santé et de services sociaux dans leur communauté lorsqu'ils en ont besoin."