Les violences contre les femmes en Wallonie : des chiffres qui heurtent

L'IWEPS (L'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique) a partagé des statistiques et données sur les violences faites aux femmes. De quoi s'indigner !

Les données datent de 2016 mais permettent de se rendre compte de l'omniprésence des violences, principalement faites aux femmes. En effet, la plupart des chiffres sont "asexués" alors que la majorité des victimes sont des femmes. "Malgré leurs limites, ces statistiques ont le mérite de mettre en lumière le phénomène des violences faites aux femmes en Wallonie. La réalité quotidienne de la violence qui s’exerce dans la sphère privée, à l’abri des regards, rappelle l’urgence de considérer les violences faites aux femmes comme un problème de société important nécessitant une réponse politique forte." explique l'IWEPS. 

Pour commencer par quelques chiffres interpellants, on estime le nombre de viols commis par jour en Wallonie à 18. Dans les affaires liées au viol, 97% des suspects sont des hommes et une victime sur deux (53%) est mineure d’âge. Sur l’ensemble des affaires de coups et blessures volontaires, plus d’une affaire sur quatre (28%) concerne des violences au sein du couple (physiques, psychologiques, sexuelles, économiques).

L'IWEPS a regroupé ses récoltes d'informations en quatre catégories : d'après la police, les enquêtes, les maisons d'accueil et les lignes d'écoute. 

En premier lieu, selon la police, 3 plaintes de viol par jour sont déposées. Seulement 16% des victimes de violences sexuelles "graves" s'adressent à cette institution. 16 029 plaintes pour violences dans le couple (physique, psychologique, sexuelle, économique) ont été enregistrées en 2015 en Wallonie (44 plaintes en moyenne par jour). Parmi ces plaintes, environ la moitié (7 975) repose sur des faits de violence physique. Dans les affaires de violences physiques au sein du couple, 84% des suspects sont des hommes. En 2015, selon les statistiques policières, plus d’une plainte sur quatre (28%) pour coups et blessures volontaires concerne des situations de violence conjugale. (IWEPS, 2016)

En second lieu, d'après l'enquête menée par l'IWEPS, en Belgique, plus d’1 femme sur 3 (36%) a subi des violences physiques et/ou sexuelles depuis l’âge de 15 ans. 1 femme sur 4 (24%) a subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part de son partenaire ou ex-partenaire. En Belgique, plus de deux personnes sur cinq (44%) connaissent, dans leur cercle d’amies et dans la famille, des femmes victimes de violences domestiques.

En troisième lieu, en 2015, les maisons spécialisées dans l’accueil de femmes victimes de violences conjugales ont hebergés 1 255 femmes et 1 236 enfants.

Enfin et en quatrième lieu, la ligne « Ecoute Violences Conjugales » a reçu 2 711 appels, soit 11 appels par jour en 2015 : 4 appels sur 5 proviennent de femmes victimes de violences. 

Nous pouvons nous sentir dépassés par ces données et ressentir de l'impuissance. Par où commencer ? Que puis-je faire à mon échelle ? Comment puis-je faire évoluer les choses ? Ces articles proposent différentes solutions pour s'instruire et lutter contre les violences faites aux femmes en situation de handicap :