Manifester en toute sérénité lorsqu'on est handicapé.e, défi relevé par Nous Toutes

Le collectif féministe français "Nous Toutes" a appelé à manifester contre les violences sexuelles et sexistes faites aux femmes en novembre. Cette année, les personnes en situation de handicap ont pu participer à ce rassemblement.

Le samedi 20 novembre et les jours qui ont suivi, le collectif Nous Toutes a organisé et encadré des manifestations contre les violences faites aux femmes. Ainsi, une soixantaine de marches ont été menées partout en France pour réclamer des mesures à l'Etat. 

Cependant cette année, les personnes en situation de handicap ont pu manifester en toute sérénité. Les organisateurs ont vérifié en amont que le parcours ne comporte pas d’obstacles sur la chaussée et ont repéré des toilettes accessibles PMR le long du parcours. En addition, des dispositifs ont été pensés tels que :

  • faire part, en amont, de leurs besoins en transports, en remplissant un formulaire en ligne
  • demander l’accompagnement d’une personne bénévole tout au long de la manifestation
  • rejoindre au sein du cortège un espace accessibilité : un cordon de bénévoles portant un brassard vert et un masque transparent s’assure qu’il n’y a pas de bousculade, par exemple
En outre, une camionnette adaptée de repos se trouvait en fin de cortège. Elle permettait de s’asseoir, se reposer ou s’isoler. Dans celle-ci, nous pouvions suivre les prises de parole, en fin de cortège, traduites en langue des signes.

Anaëlle Le Blévec, sportive en situation de handicap et membre de Nous Toutes, à Lorient racontait : « Longtemps je n’ai pas osé aller manifester. J’avais une image peu sécurisante des manifestations, des charges de policiers, en plus de la fatigue, quand certains cortèges durent plusieurs heures et parcourent plusieurs kilomètres en piétinant. Mais depuis que je milite dans divers cercles, je sais que je peux compter sur les autres. Surtout, il n’y a jamais de cohue à Lorient et je connais bien la ville. Je suis engagée au sein du collectif Nous Toutes local et nous manifesterons le mardi 25 novembre. C’est important. Dans notre société violente et patriarcale, je me sens en insécurité dans la rue. Le handicap, c’est la double peine :  je ne peux pas partir en courant, et encore moins quand je suis en fauteuil. Bientôt, je me formerai au self-défense. J’ai trouvé un formateur qui peut s’adapter à mon handicap. ». 

Nous espérons que cette manifestation inclusive en inspirera d'autres afin que tout le monde puisse affirmer ses opinions sans discrimination.