Validisme ou la bienveillance mal-placée

Au-delà d’un diagnostic médical, le handicap est un phénomène social renforcé au quotidien par le validisme. Notre société non-adaptée et ne prenant pas assez en compte la différence génère des handicaps et complique le quotidien de nombreuses personnes.

Pour preuve de la banalisation du validisme, le terme est méconnu par une majorité de la population.

Le validisme, c’est quoi ? Le validisme place la personne valide comme norme sociale et comme supérieure aux personnes en situation de handicap, être valide est alors le statut souhaité et souhaitable. Plus théoriquement, il se définit comme un “système d’oppression subi par les personnes handicapées du fait de leur non correspondance aux normes médicales établissant la validité. Un ensemble de capacités seraient attendues d’un corps pour qu’il soit considéré comme humain. L'idéologie validiste postule que les corps non correspondant, jugés handicapés, ont alors moins de valeur. Ils sont naturellement considérés comme inférieurs, et donc discriminables.” (Le Manifeste des Dévalideuses, 2021). La définition du Collectif Lutte et Handicaps pour l'Égalité et l'Émancipation est également édifiante sur le sujet. Selon eux, le validisme se caractérise "par la conviction de la part des personnes valides que leur absence de handicap et/ou leur bonne santé leur confère une position plus enviable et même supérieure à celle des personnes handicapées." (Collectif Lutte et Handicaps pour l'Égalité et l'Émancipation, 2016).


Il peut s’exprimer sous différentes formes: une discrimination, un rejet franc ou encore une attitude se voulant bienveillante et se traduisant par une infantilisation, de la pitié, une aide non-sollicititée, une
héroïsation de la personne etc. Le validisme, au-delà des remarques déplacées, est structurel et politique. Il peut s'agir, par exemple, de politiciens se félicitant d'améliorer l’accessibilité de leurs villes pour une partie de leur population sortant de la norme “valide” pour laquelle la société est construite. 

Une fois le validisme identifié, la précarité, la non-accessibilité des lieux publics, l’inégalité des droits, la dépendance sociale, la discrimination à l’emploi ne sont alors plus vu comme une fatalité mais comme la conséquence de choix politiques organisant une société non inclusive. Le validisme s’inscrit aisément dans la conception d’une société capitaliste où un corps valide est “rentable et utilisable”, selon les termes de la philosophe Charlotte Puiseux. Ce phénomène mène alors à une hiérarchisation des corps. 


Pour une parenthèse historique, le validisme est né dans les années 60 et 70 en Angleterre, en Australie, et aux États-unis suite à des mouvements militants handis pour les droits civiques des personnes en situation de handicap. Ses pays anglophones utilisent le terme “ableism”. Cette période a également fait émerger “le modèle social” du handicap qui s’oppose au modèle médical.


Chez Autonomia, nous soutenons le mouvement #JarrêteLeValidisme lancé par le collectif “Les Dévalideuses” et nous prônons une société inclusive dans laquelle c’est au tour de l’insidieux validisme de ne pas trouver sa place.