Accord non-marchand en Wallonie

Plus de 10 millions d’euros en ce début 2022 pour améliorer les conditions de travail du personnel social et santé du secteur public.

Date : 10.02.2022

Exécution du volet public de l’accord non-marchand en Wallonie.

En juillet 2020, le Gouvernement de Wallonie, à l’initiative du Ministre-Président, Elio Di Rupo, et de la Ministre de l’Emploi et de la Santé, Christie Morreale, dégageait une enveloppe historique pour financer son futur accord non-marchand 2021-2024 et revaloriser le personnel social et santé en améliorant notamment leurs conditions de travail et salariale.

 

Pour l’année 2022, le montant global de cette enveloppe s’élève à 150 millions d'euros pour l’ensemble des secteurs. A la suite d’un accord entre les partenaires sociaux et sur proposition de la Ministre de l’Emploi et de la Santé, Christie Morreale, une nouvelle tranche de 10 millions d’euros vient d’être liquidée par le Gouvernement pour les travailleur.euse.s du secteur public.

 

Concrètement, et en accord avec les partenaires sociaux, ces premiers montants 2022 serviront à :

  • Renforcer le soutien en personnel pour les institutions résidentielles (maisons de repos, institutions d’hébergement en santé mentale, pour les personnes en situation de handicap, etc.) et notamment : étendre le temps de travail des travailleurs à temps partiel qui souhaitent obtenir un contrat de travail à temps plein, engager du personnel complémentaire et, si nécessaire, des étudiants dans les métiers en pénurie ou pour soutenir les travailleur.euse.s par leur présence et sensibiliser ainsi ces derniers à l’approche de l’activité au sein d’un établissement.
  • Renforcer les services d’aide aux familles et aux aînés (aides-soignantes, familiales, aides ménagères sociales, etc.). Un budget de près de 700.000 euros (hors index) est réservé pour des mesures nouvelles en faveur du personnel de ces services. Ces mesures seront définies au cours du premier trimestre 2022.

 

Ces premières actions pour le secteur public se situent hors implémentation 2022 de l’IFIC (barèmes applicables aux secteurs fédéraux de la santé comme les hôpitaux) dans les secteurs régionaux (maisons de repos, maisons de soins psychiatriques, initiatives d’habitations protégées et centres de revalidation fonctionnelle).

 

« Après deux années de crise sanitaire extrêmement éprouvantes et inimaginables pour le secteur de la santé, du social et de l’aide à la personne, le Gouvernement continue d’améliorer les conditions de travail du personnel sur le moyen et long terme. Ces mesures complémentaires à d’autres initiatives, visent à rendre aux secteurs santé et social l’importance qu’ils méritent au sein de notre société”, conclut Christie Morreale.