Le nouveau hors série d’Handirect spécial emploi et handicap

Cette année, à l’occasion de la Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées, le plein emploi refait son apparition comme un objectif atteignable d’ici 2027.

Si le gouvernement l’imagine pour le grand public, ce n’est apparemment pas le cas des personnes en situation de handicap, interrogées lors d’une enquête Agefiph/IFOP.

Il ressort de cette enquête que 82% d’entre elles n’y croient pas et elles ne sont que 19% à s’inquiéter du chômage. Cela traduit à la fois un certain fatalisme et une certaine confiance dans le marché du travail. Une confiance qui pourrait s’illustrer pas les énormes difficultés que rencontrent de nombreux secteurs pour recruter. En effet, après la crise du Covid et malgré la situation géopolitique très tendue, les entreprises ont de grands besoins en main d’œuvre, à tous les niveaux et dans de nombreux secteurs.

L’offre d’emploi est donc particulièrement importante et les candidats se font désirer. Une situation qui a tout lieu de se prolonger et qui met les candidats à l’emploi en position de force. Selon l’Agefiph et selon Karine Gros, Titulaire de la Chaire Handicap, Emploi et Santé au travail à l’UPEC (Université Paris-Est Créteil), la situation devrait largement profiter aux personnes en situation de handicap, que les entreprises regardent avec les yeux de Chimène.

Mais comme le dit aussi justement Karine Gros, ce qui compte, c’est de profiter de cette période pour renforcer la formation au sens noble : « Former, c’est faire acquérir des connaissances, des compétences, rendre capable de, c’est engager celui qui apprend dans un processus d’acquisition et d’évolution de ses conceptions et représentations, c’est inscrire son action dans le temps ».
Plus que jamais, il faut préparer l’avenir et anticiper les défis de demain pour ne pas reproduire les mêmes erreurs face aux évolutions et retournements du marché du travail.
Pour en savoir plus cliquez ici