Normes: Utilisation des commandes et des équipements

Extrait du Guide d’aide à la conception d’un bâtiment accessible

Pour garantir l’autonomie et le confort d’usage de tout individu lorsqu’il utilise ou manipule une commande
ou un équipement, il est nécessaire de veiller à leur
emplacement (en hauteur ainsi que par rapport à un mur contigu...) et à leurs caractéristiques.

POUR QUI...
Pour tous.

►POURQUOI...

  • Si un dispositif est mal positionné, les personnes déficientes motrices ne pourront s’en approcher du fait de leur encombrement ou de leur taille. Elles risquent alors, en voulant les atteindre, de se déstabiliser et de chuter. Exemple : pouvoir manipuler une poignée de porte lorsqu’on est en fauteuil roulant.

  • De plus, des éléments placés trop haut ne permettent pas aux personnes de petite taille ou en chaise roulante de les utiliser ni même parfois de pouvoir lire les informations éventuelles qu’ils contiennent car ils sont situés en- dehors de leur champ de vision (digicode, parlophone, etc.).

  • Les commandes tactiles sont inutilisables par les personnes déficientes visuelles car elles ont du mal à les repérer. (Et encore moins par les aveugles.)

  • Les commandes sonores (sonnettes), si elles ne sont pas accompagnées de signaux visuels, ne permettent pas aux personnes déficientes auditives et avec difficultés de compréhension de savoir si la commande a bien été exécutée. À l’inverse, les personnes déficientes visuelles apprécieront de recevoir un signal sonore lorsqu’elles utilisent un dispositif.

    ►COMMENT...

  • En prévoyant :

    1. Des hauteurs limites d’atteinte et de préhension : il est important de placer un dispositif dans la zone d’atteinte et de préhension correspondant au plus grand nombre. La hauteur de préhension d’une personne assise, le coude posé sur l’accoudoir se situe entre 80 et 110 cm environ.
    S’il s’agit d’un dispositif qui doit pouvoir être vu (écran, digicode, etc.), il est à disposer
    entre 80 et 90 cm du sol.

    2. Une distance latérale (min. 50 cm) et une aire de rotation (min. 150 cm), libres de tout obstacle pour permettre à une personne en fauteuil roulant de s’en approcher.

    3. Une profondeur de dégagement sous toute tablette éventuelle afin de pouvoir se positionner correctement.

    4. Une ergonomie pour faciliter la manipulation du dispositif.
    5.
    Un doublage visuel et/ou sonore de toute information liée au dispositif à l’intention

    des personnes déficientes sensorielles.
    6.
    Un repérage aisé (taille, relief, contraste, éclairage).
    7.
    Un usage intuitif ou un mode d’emploi facile à comprendre.

    Consulter le guide complet au format PDF